Une darasse non respectueuse

Trainant pas mal dans le milieu de l’audiovisuel, nous voyons beaucoup de courts métrages. Ainsi il arrive, lors d’une projection, de retomber sur un film que nous connaissons et qui nous saoule. Dans ce cas, nous sortons et nous faisons une Darasse dans le hall. Et ayant le bras long, nous diffusons cette même Darasse à la fin de la dites projection. Certains n’ont pas apprécié, on les emmerde. De plus, nous avons pu discuter de notre démarche avec la réalisatrice du film pendant lequel nous étions partie. Elle a très bien compris que l’on ait pas aimé son film et n’était pas particulièrement vexée.

Laisser un commentaire

Timothée m’a inspiré

TIMOTISATION 13

 
Un jour l’homme ne comprit pas sa condition d’homme. Il était humain tout en étant étrangement humain. Mais les faits parlent d’eux-mêmes.

Le 9 il y eut un événement.
Mais le lendemain c’est un événement qui eut lieu.
Tout le monde tremblait. C’était une rumeur effrayante qui parcourait la foule. Lentement, froidement, systématiquement, presque comme une machine. Et c’est sûrement ce qui terrifiait le plus les gens. Un courant bleu ciel d’aluminium brillant glaçait les os dorsaux à tout rompre. Certains même ne pleuraient pas. On se serait cru là-bas. Les yeux convergeaient. Même un saphir ne pourrait y passer.
Un enfant viole(n)t se le permit !!

Silence.

 
Les yeux convergeaient toujours, mais vers le jeune à présent. Toutefois une lumière jaune continuait d’éclairer la face droite de tous ces visages. Ils observaient
l’enfant et se sentaient épiés en même temps. Si on enlève le ‘e’ et le ‘m’ de temps, ça fait TPS. La présence. La présence se fait sentir. Si bien que les yeux convergent mais dans sa direction. L’enfant est seul à présent. Il se retrouve piégé dans sa maladie, elle l’isole aux yeux des autres, il ne pleurera.
Les autres. Ce sont des yeux, ils décident. Si bien que la foule gronde. La rumeur émane cette fois des yeux. Elle est autrement plus effrayante et terrible.

 

Tremblement.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Une darasse bien propre

Développement de l’aspect expérimental. Cette fois nous n’étions pas seuls car un clochard s’est incrusté dans notre Lavomatic. On peut le deviner dans un reflet de sèche linge, vers la fin. Le plus surprenant est sa capacité à avoir bu une bouteille de mousseux tout seul(sans même nous en proposer!) et surtout sans qu’on ne s’en rende compte.

Laisser un commentaire

Une darasse en deux temps

Cette fois c’était fait, la Darasse production était cristallisée pour le meilleur et pour vomir. Et ce 4ème opus le révèle bien par l’abandon des règles des 3 premiers, mais en restant une ‘darasse’ quand même. C’était la première fois que le tournage s’étalait sur plusieurs jours et plusieurs lieux. La première partie n’ayant pu être achevée par manque de temps, nous poursuivîmes l’aventure dans une autre direction.

Laisser un commentaire

La vie en colocation ce n’est pas facile

Ce film est parti d’une idée, d’une chute. Type chute basique de court métrage. Résultat la partie qui devrait être intéressante n’est que survolée. Les situations s’enchaînent, sans profondeur. C’est un peu dommage. D’autant que l’autre principe du film c’était que j’adore les engueulades en film. Ca va trop vite, c’est mécanique. Ma direction artistique n’est pas au point.

Laisser un commentaire

Du cambriolage organisé

J’avais envie de retrouver le plaisir simple de Furtivité. J’ai donc regroupé les mêmes ingrédients: 2 mecs, un parcours. On a tourné ça en une nuit, je me suis ensuite amuser au montage. Nouveauté: le son. J’ai essayé de créer une ambiance particulière, sans utiliser la musique toute faire d’un film.

Laisser un commentaire