Pour l’anniversaire d’Olivier

Le poème du cheval de 21 ans

Yop, petit cheval incandescent effrayait les passants
Crinière de feu, marmite bouillonnante, incontrôlable
Unique instance, la transe le transporte dans les cendres

Zénit, petit vent de sapin, se lève d’entre les pins
Fluide bleuté virevoltant, la sève fraîche le nourrit
Happé par le vide d’air de la combustion instantanée

Convergence explosive, choc des cultures et remise ;
remise en cause de la relativité
Hiatus, béance, creux ; profondeurs insondables
Volcanisme forestier, bois hawaïen

Nouvel équilibre, arrogance passée déplace la montagne
Végétation réchauffée, vie éternelle
Les sabots mélangent la terre aux cendres,
Le souffle incorpore les épines à la lave

Laisser un commentaire

Pour l’anniversaire d’Audrey

LE FAR WEST A UN AN DE PLUS

…si bien que la falaise se penche et s’exprime dans un latin inaudible :
« pourquoi une telle vue de l’esprit ? ».
Le cow-boy à la longue robe frangée ne sait pas quoi lui répondre.
Il se sent idiot et seul face à cette idée qu’il a lui-même lancée.

Des vagues se fracassent sur les angles tranchants des rochers.
L’écume gicle au visage et les jets d’eau de mer cinglent la peau.
Le grondement de cette mousse blanche ne fait que couvrir
un silence pesant. Le cow-boy a les bras crispés.

Il balaie toutes ces idées et ces concepts stériles de son esprit et dégaine son arme. La falaise est surprise et décontenancée d’abord, mais elle se met à rire ensuite.
Le cow-boy lui explique qu’il a mis au point cette arme lui-même et qu’elle est capable de la terrasser.

La falaise hausse les épaules et expire lentement. Elle lui dit qu’il n’a rien compris alors. Même si cette arme est efficace, là n’est pas le problème.
Le cow-boy esquisse un geste de la main.
De la fumée blanche s’échappe du canon de l’arme de mer.
La falaise s’effondre dans un fracas.

Laisser un commentaire

Vunion Lautrec, prologue

 

 

 

 

.

..

obscurité
………
matrice 3 variables R.V.B. forme obscurité
…………….
information flash lumineux transmise puis
traduite par valeur ‘’1’’ affectée aux 3 variables des 500 000 unités chaque cycle

……………………….
obscurité scintille

………………………………….
informations de formes de plus en plus nombreuses et complexes sont transmises puis

traduites en valeurs affectées aux 3 variables des 500 000 unités de chaque cycle
…………………………………………..
une tension devient palpable à travers l’obscurité…
…de laquelle … naît …progressivement…

…l’ImAge

Laisser un commentaire

Un projet de film en 4 versions

Off. Ce film est totalement off. A la base c’était pour jouer avec un rail de travelling qui s’est avéré ne faire que 2m ! On était 4 à s’amuser. On a décidé ensuite qu’on ferait chacun notre montage de ce film. Les rushs ne m’inspirant pas, j’ai décidé de prendre tout ce qu’il y avait entre coupé et action (donc le off) pour en faire l’expérimentation que voici. Des 3 autres lascards, uniquement Simon Dronet a fait son travail, découvrez donc sa version.

Laisser un commentaire

Encore une Darasse guest avec Maximilien

La campagne, la terre, Maximilien Urfer.
 
Il s’agissait du vernissage de l’exposition de notre ami Maximilien (peintre, vidéaste) à la Station mire. Nous sommes venus voir cela avec Tim, un peu délire avec nos capes. Ceci et le lieu nous ont donné envie de faire une Darasse AVEC Maxou. Il partait le lendemain. Nous sommes donc revenus… le lendemain afin de filmer avant qu’il ne parte. Littéralement, il devait reprendre des affaires et rentrer en Suisse (son pays d’origine) dans la foulée. Le timing était serré, mais nous avons bien assurés. Pour l’anecdote, le dernier plan où il part en voiture, est son vrai départ. On n’avait qu’une seule prise, heureusement elle était plutôt bonne.

Laisser un commentaire

Un film en huit clos

J’avais cette petite idée dans la tête depuis un moment. L’occasion d’une soirée vidéo où l’on m’a demandé de diffuser un film personnel se présente et enclenche le processus de réalisation du film. Une de mes meilleures expériences de tournage et de montage.
L’urgence a amené un état de concentration totale et d’immersion en accord avec l’enfermement du film.

Laisser un commentaire

Oh mais c’est pas possible ça !

Première participation consentie avec sieur Simon Dronet. On adore le principe d’une discussion-engueulade sans vraies paroles. Alors on se film 2h à se traiter et puis Simon il devient fou et filme la télé, et moi je gesticule sur le lit. Arrive donc le moment du long processus de montage pour transformer cette captation en film. Je m’y suis collé par pure folie. Pour acoucher de ces 7 minutes improbables, entre « David Lynch et les Deschiens » selon Simon.

Laisser un commentaire