Vimeo’s style

Une nouvelle vidéo qui n’est ni un Voxel, ni une Grotte, ni Les tigres (faut pas rêver), ni un Sonson ? J’aimerai que ce soit plus souvent le cas, car j’ai envie de faire des films moi.

En tout cas, il s’agit ici de vieilles images qui trainaient, dont je voulais faire quelque chose pour les dégager. A l’époque, j’avais simplement envie de faire comme toutes ces vidéos vimeo qui compilent de belles images avec une belle musique sans rien raconter, juste un témoignage de la qualité d’image d’une caméra.
En exagérant, j’ai l’impression de voir s’enchainer les sorties de cameras (ou appareils photos), puis les compilations de belles images afin de montrer leur qualité pour les faire acheter. Ensuite les gars achètent la nouvelle caméra et font des films de belles images avec… et c’est tout. Comme un cercle vicieux de films beaux mais vides pour vendre une nouvelle caméra qui servira à faire des compilations de belles images pour justifier son achat.

Ces films ont paradoxalement des qualités plastiques, de montage, parfois presque une démarche artistique, mais restent au final un témoignage technique, avec la focale, l’ouverture et la valeur d’iso affichés en surimpression.

Donc j’étais partie de l’envie d’en faire un avec la caméra de notre association de l’époque (la désormais obsolète Fx1 de Sony), histoire de voir si j’en étais capable. Mais aujourd’hui, en revoyant les images, j’ai eu envie d’être plus ironique. Peut être plus explicite par rapport au mélange mimétisme/critique de ce système de vidéo. Car j’en ai regardé pas mal pour choisir ma propre caméra, et à force j’ai ressenti ce vide de la recherche technique. Une répétition infinie: caméra / compilation d’image / nouvelle caméra / nouvelle compilation. A un moment, on perd le but qui est de réaliser un film pour raconter une histoire, une émotion. C’est pourquoi je précise ici « compilation d’images » à la place de « film ». Je crois qu’il y a plus de ce genre de montages tests que de réels films et que beaucoup de matériel est acheté pour rien (idem dans le monde de la photo).

J’ai couplé ça avec ce que j’ai redécouvert de ces images, car déjà à l’époque je n’avais pas pu m’empêcher de dévier du beau.

Bref, voici Vimeo’s style (appelé délire étang dans les bilans).

(la version Vimeo se refusant à la HD, je priorise Dailymotion, mais l’ironie est de regarder sur Vimeo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *