La darasse à Granville

Il y avait un tourné/monté à Granville, tiens c’est l’occasion de se faire une Darasse. Le principe: environ 6h pour tourner son film, sans montage et avec des contraintes. Ici 10 commandements du genre: tu ne tueras point, un objet rouge tu utiliseras, un film tu citeras…ect On avait prévu le coup en amenant plein de costumes avec nous. Et on s’est bien amusé.
 
Peut être un peu moins les parents des enfants venus participer. En effet, nous ne savions pas qu’il y en aurait, et la Darasse, c’est la liberté. Notamment celle de la nudité. Pour le coup il y en avait de la frontale. Comme nous avions rendu notre cassette au dernier moment, les organisateurs n’avaient pas pu visionner le film avant. Quelle stupeur dès le début du film devant ce sexe d’homme en gros plan. Anecdote supplémentaire: après la projection, une jeune fille est venue nous demander à qui appartenait les sexes, car visiblement l’un semblait plus imposant que l’autre. Tout faux, il s’agit bien de mon membre les deux fois. La Darasse réalise elle-même ses cascades. Après on s’est incrusté au banquet et on a maté des courts métrages purs de François Ozon.
 
Le plus drôle, c’est que 2 ans plus tard, nous sommes revenus participer et les organisateurs s’en souvenaient encore. Ils nous demandèrent si notre nouveau film était tout public, et c’était bien le cas cette fois.
 
En tout cas, ce tourné/monté/mouvementé, fût aussi l’occasion de faire la rencontre de Benoit Lemennais, un futur ami et collaborateur. Notamment pour notre série CHIEN. Mais ceci est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *