Vunion Lautrec, chapitre 7 [111]

Etrangement, il sentit aussi du mouillé au niveau de son bas ventre. Il baissa les yeux pour vérifier, mais oui, il était en train de se faire dessus. Du pipi. Plein sur lui. Il sentait le liquide chaud se répandre le long de ses cuisses et remonter légèrement sous son nombril. Comme il était assis en tailleur, le liquide s’accumulait dans une sorte de cuvette formée par ses cuisses et ses hanches.
Le plus étrange demeurait cette sensation double que Flell éprouvait. A la fois du plaisir, à se laisser aller ainsi à savourer la douce et confortable chaleur de l’urine. Mais aussi un malaise, à ne pouvoir se contrôler et à se sentir tout humide. Sans parler de l’odeur de crèche qui lui montait aux narines.

Il ne se démonta pas devant une telle situation. En adulte, il attendit d’avoir vidé sa vessie, que le liquide soit totalement absorbé par la peau et les vêtements. Puis il enleva son pantalon de velours vert ocre qu’il jeta dans l’incinérateur prévu à cet effet, se lava à l’eau claire en frottant légèrement avec un gant un peu rêche, mit une couche de contention et attendit le lendemain matin qu’on lui livra sa panoplie quotidienne.

Il sortit de la douche blanche, fit quelques pas sur le sol blanc de marbre chaud et enfila un peignoir blanc légèrement bleuté. Il n’était pas content. Ses disciples n’agissaient pas comme il l’espérait, il devrait s’en charger tout seul.

Le préposé aux panoplies était toujours d’une ponctualité atomique. D’ailleurs l’incontinent était bien content de ne pas avoir à attendre ne serait ce que 5 minutes de plus avec sa couche qui ne tenait quasiment plus.
Il prit le paquet d’un geste d’une formalité telle, qu’un homme tomba. Il enfila sa tenue et repensa à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *