Vunion Lautrec, chapitre 2 [10]

Les cellules nerveuses de ses pieds étaient sèches et sa peau chargée d’électricité statique, alors il s’électrocuta sur une barrière de protection des faons, mais ne protesta pas. Il y était habitué, c’était sa maladie. Il s’arrêta derrière un buisson pour les observer et se piqua sur les épines, sans protester, c’était sa maladie. Il sortit alors un télescope de la poche intérieure de son imperméable, retira le cache protecteur de la lentille et le cala dans le buisson.

3, ils sont 3.
Elle est déjà au courant, elle pleure.
Le moche a l’air gêné, c’est lui qui lui a appris.
Le petit l’aime, son regard le trahit.

Il se redressa pour repousser le museau pointu et vibrant d’une belette. Cet animal, affectueux habituellement, semblait vraiment énervé.
Il déchira un morceau d’une crêpe posée sur le dessus du buisson, et le tendit à l’animal. La crêpe fumait encore si bien que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *