Jukin 5

05. Ce matin, Jukin a trouvé un cadavre de coccinelle.

Il était en train de peindre ses volets et en attaquant une nouvelle fenêtre, il l’a découvert sur le rebord. Il était là. Immobile. Ses petits yeux sans expression le dévisageaient. Jukin, ça lui a fait un coup. Comme un poignard de glace dans le cœur. Tellement attristé, il décida de ramener la coccinelle chez lui. Il alla déchirer un petit bout de papier journal qu’il plia en deux comme une rigole. Ha ! ha ! Il la plaça devant l’animal et emprunt de toute la délicatesse du monde rassemblé, il la fit glisser dessus avec le bout de l’ongle. Les yeux exorbités de concentration, il ramena son petit trésor jusqu’à la table de chevet.

Soulagé qu’il n’y ait eu aucun incident, il s’étendit quelques minutes sur son lit pour se détendre. Remis de ses émotions, il fabriqua un mini coussin en velours vert pour lui rappeler les vertes plaines ainsi qu’un socle miniature en acajou pour l’y sublimer. Il ajouta 4 fines bougies rouges et deux rameaux de laurier. Il se mis en apnée et déposa le petit corps sur son coussin. Il eu un frisson car la scène était réellement poignante une fois les bougies allumées. Il alla chercher une goutte d’eau au bout d’une aiguille et la glissa entre les mandibules de la coccinelle. Elle fût absorbée rapidement. Jukin n’y croyait pas vraiment, mais il se dit qu’avec 1000 précautions quotidiennes et tout son amour, peut être que… quelque chose pouvait… enfin que tout n’était peut être pas…
(Lire la suite…)

Laisser un commentaire