Jukin n°4, tout en réflexion

04. Ce matin, Jukin a vu son reflet dans le miroir.

Il ne comprit pas aussitôt de quoi il s’agissait. D’abord, il avait cru découvrir une vieille photographie autoportrait à un endroit de sa salle de bain où il n’avait jamais regardé. Mais le doute s’installa quand le portrait s’adressa à lui. Il mit une bonne demi heure à réaliser qu’il s’agissait de sa propre image. Et quand il la regardait, muet, elle lui parlait de son propre chef. Il n’osait pas engager la conversation avec ça. Il ne savait même pas comment appeler ce truc d’ailleurs. C’était quoi en fait ? C’était lui, enfin, sa gueule à lui, même sa voix. Mais ce n’était ni ses paroles, ni ses pensées. Pouvait il s’agir d’un lui d’un autre temps ? Il se décida à lui demander directement car il sentait qu’il était dans une impasse.

« _ Euh… ça…vous êtes un moi… d’un autre espace temps ? »
« _Uuhuuuhuuhuhuhhu… » lui fut-il répondu.

Jukin était scandalisé. Il se sentait arnaqué dans sa propre salle de bain et par sa propre image. Au moins il avait rapidement intégré ce principe d’image. Il se demanda subitement si c’est ainsi que les autres le voyaient. Est-ce qu’ils avaient chacun une image différente de lui ? Sans même le savoir, et sans même pouvoir le vérifier, les comparer les unes aux autres ? Et s’il était celui là même qui était le plus loin de la vérité avec son image depuis l’intérieur. Finalement, il était le seul à avoir cette image interne, tandis ce que tous les autres partageaient des images extérieures de lui, donc sans doute plus semblables les uns aux autres que la sienne. Alors quel était son lui fixe et absolu ? Il se dit qu’il ne réalisait pas complètement les implications de ses réflexions, mais aussi que ça valait mieux pour lui. Il revint à ‘ça’ et décida de l’appeler ‘Image’.

« _Hein, Image, t’étais plus bavard tout à l’heure ! »
Il n’en était plus intimidé, mais Image gardait le silence pour le moment. Jukin laissa passer volontairement quelques minutes et cria subitement. Image fut totalement surpris et sursauta. Ca fit marrer Jukin profondément et Image se vexa. C’était encore plus ridicule. Alors Jukin éteint la lumière et Image disparu.
« _Rallume à la fin, ce n’est pas drôle ! »
« _Ca y est, tu te décides » lui lâcha Jukin en réactivant le système lumineux.
« _Je n’ai rien à te dire » grogna-t-il.
« _M’enfin, ce n’est pas sérieux. Il y a moins d’une heure, tu déblatérais à tout rompre. Et maintenant, M. Image n’a plus rien à dire. Il faut que tu me parles, que tu m’expliques. »
« _Mais que veux-tu que je t’explique ! »
« _Et bien, ça, qu’est ce que c’est, qu’est ce que ça veut dire ? »
« _Ca, ça, tu n’as que ce mot là à la bouche. Je m’appelle M. Image, alors commence par me considérer comme il se doit. »
« _Tu es infernal. Ce n’est pas possible de parler avec toi. C’est MOI qui t’ai trouvé ton nom. C’est TOI qui devrais me remercier. »
« _Uhuuhhuhuhhuuuuuhh… ! »
« _Et voilà, tu recommences. »
C’est à ce moment là que Jukin se pencha un peu vers le miroir, la tête légèrement inclinée. Et il vit quelque chose qui ne lui plut pas du tout. Sur la nuque d’Image, il y avait un petit nœud orange pour retenir une queue de cheval. Hors lui, M. Jukin, n’avait pas de queue de cheval ! C’était une imposture flagrante démasquée. Image dû comprendre au regard de Jukin ce qui se passait, car il esquissa un geste de recul derrière sa vitre. Totalement courroucé, Jukin se saisit de la brosse à traire sur le lavabo et la balança vers l’image en hurlant « uhuuhuuhuhuhhhuuuhh… ! ». Image se mis à hurler aussi, mais c’est la terreur que l’on entendit dans sa voix à l’instant où le miroir se brisait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *