Jukin 28

Ce matin, Jukin s’émerveille.
titre proposé par Marion

Dans ce coin, ce sera parfait. Le séjour manquait d’un fauteuil spectaculaire, alors Jukin avait rendez-vous à l’abattoir. Johnny, le directeur, dont il avait fait la connaissance à un salon de viande, lui avait promis les plus beaux os. Car il désirait se faire un magnifique fauteuil en os. A son arrivée, il fut présenté à Dévine, un nouvel employé à qui le directeur faisait une visite détaillée. Jukin joint la visite.

Dévine était très drôle, malgré lui. Il avait quelque chose de mignon, trop mignon, ce qui inspirait la pitié. Et mêlé à cela des dents horribles et une démarche atrophiée. Jukin pouffait de rire intérieurement, ce qui le distrayait d’ailleurs pendant cette visite si ennuyeuse. Ses os. C’est tout ce qu’il désirait. Patience.

Johnny, ce grand type costaud comme un taureau, les amena à la salle des carcasses. Jukin demanda s’il était vraiment nécessaire d’aller jusque là. Mais le directeur devait tout montrer à son employé, alors il leur emboîta le pas. La porte épaisse découpée dans un métal mat vert bouteille était percée d’un tout petit hublot. Pourquoi étaient-ils toujours aussi mesquins sur les hublots ? On devinait à peine les quartiers suspendus. Jukin entra derrière Johnny qui lui cachait la vue.
(Lire la suite…)

4 commentaires
Anonyme:
Hahahaha!

C est enorme! Résolument incorrect; voire abject.

Le puriste y reprochera les fautes d'orthographe qui emaillent la prose.

En tout cas, comme dirait Kamel Toe: "C'est fat, gros! Comment il se la donne dans son quartier de barbak le keum. "

Scalp

nikubik:
bin voilà, le 30 mars le retard se rattrape encore un peu plus, courage mon coco

marion:
oh aloors, c'est du foutage de gueule ! Remboursé.

Anonyme:
Violaine dit:
c'est inadmissible!