Jukin 25, c’est rétrograde

25. Ce matin, Jukin marche à l’envers.
(titre proposé par Violaine)

Tout avait commencé au sortir du lit. Une seconde d’inattention, une légère variation d’un facteur imperceptible, une ombre encore planante sur son inconscient ou une simple poussière du hasard l’avait amené ce jour précis, à cet instant crucial, à se lever face à son lit. Le contraire de son habitude. Malheureusement, le poids des rituels l’avait aussitôt raccroché au rail du quotidien, avant même qu’il ne se retourne. A peine redressé, il s’était mis à marcher en direction de sa salle de bain, comme tous les matins. Les automatismes reprirent le dessus, mais il marchait à l’envers.

Décalé de 180° jusqu’au matin suivant, il décida qu’il passerait tout de même sa journée normalement. Avant de s’engouffrer dos au salon, il prit la précaution de se confectionner une affichette. Placée judicieusement, elle l’empêcherait de rééditer la même erreur le matin prochain.

Jukin se sentait téléguidé par son corps, bien que tout se passât évidement dans sa tête. Pour effectuer les gestes quotidiens les plus simples, il devait mettre sans cesse à l’épreuve la souplesse de son buste. Ainsi, il avait l’impression que son intérieur était très mal conçu, que tous les objets étaient justement disposés là où ils étaient le plus difficiles à atteindre. Son propre corps lui faisant toujours obstacle. Il trouva un seul avantage à marcher à l’envers : Lorsque l’on se cogne, ça fait moins mal sur les fesses que sur le nez.
(Lire la suite…)

3 commentaires
Anonyme:
où est passé la moquette de bulldozer?

nikubik:
? nieh ? nieh ,àl iuq ed selrap ut ,sdnetta nib
srag titep ec esohc euqleuq emêm ed tuot tse'c

iul ruop icrem

marion:
! trof port tse li nikuJ

Jukin 24-2, c’est la deuxième partie

24-2. Ce matin, Jukin se vole à main armée.
(suite et fin)


On le ramena chez lui avec beaucoup de déférence et 1000 excuses, ce qui ne fit qu’augmenter son courroux intérieur. Il avait déjà prévu d’exploser un des entrepôts militaires. Le gouvernement était tellement embarrassé qu’ils ne l’avaient pas reconduit à l’arrière d’une fourgonnette, comme le prévoyait la procédure de sécurité, mais en simple passager d’une jeep camouflage. Il avait ainsi pu mémoriser la route jusqu’à cette base secrète. Après avoir repoussé l’idée de vendre ce renseignement, il se prépara pour son opération.

Comme dans un film, il lança une musique rock du tonnerre et regroupa son matériel. Au sommet dramatique de la chanson, il enfila sa tenue, calé sur les gros riffs de guitare : rah ! serrer la ceinture, rah ! enfiler un gant, rah coller le scratch d’une chaussure de cuir noire à coque métallique profilée. Et pour l’accord final, il passa une cagoule.

Le jour commençait à peine à décliner, mais il voulait faire ce voyage à pied. Aucune base militaire secrète ne prévoyait qu’un homme seul débarque en pleine nuit pour l’attaquer. Ce qui lui faciliterai les choses. Il n’eut aucun mal à retrouver le chemin, et arriva juste à la nuit.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Jukin 24-1, c’est en deux parties

24-1. Ce matin, Jukin se vole à main armée.

La porte de sa chambre claqua. Il se réveilla en sursaut et aperçu l’heure avant d’être bâillonné. 8h50. Dix minutes avant que son réveil ne sonne. Deux hommes le ligotèrent et le transportèrent, tandis qu’un troisième ouvrait et fermait les portes. Il avait aussi à charge l’observation, afin qu’ils restent totalement furtif. Le jour pointait à peine, mais quand ils l’emmenèrent à l’extérieur, Jukin put apercevoir leurs tenues militaires, à la faible lueur du soleil encore bleu, avant d’être jeté à l’arrière d’une camionnette sombre.

Le voyage fût pénible, car sa position, les mains attachées dans le dos, était très inconfortable. Son épaule droite se meurtrissait contre les reliefs métalliques du plancher, à chaque à-coup du véhicule. Quand les virages étaient serrés à gauche, ses mains s’écrasaient contre la paroi à cause de son propre poids. De plus, un massif fusil mitrailleur pointé entre les deux yeux, persuadait le train du sommeil de ne pas faire arrêt à la station Jukin. Il ne put même pas somnoler.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Jukin 23, c’est Jordan

23. Ce matin, Jukin se lève en pleine nuit.

Il était tellement tôt, que personne n’aurait pu affirmer, avec un aplomb total, qu’il s’agissait du matin. Mais peu importe. Jukin était debout et comptait commencer sa journée. Le petit déjeuner en valida le départ. Au dehors, la ville était silencieuse, comme un cocon protecteur. Et cette fois, la nuit venait renforcer ce sentiment, plutôt que d’amener terreur et angoisse. L’impression de commencer sa journée dans le calme et la fraîcheur était sûrement la raison de ce changement. Il huma l’air parfumé à sa fenêtre avant de sortir au hasard des rues. Ca sentait bon, sans toutes les sueurs du jour.

Jukin avait l’impression d’arpenter des quartiers inconnus, tant les rues étaient différentes sans lumière. Ou comme ci la ville était en négatif. Au passage, il jeta un œil dans une ruelle perpendiculaire, le ramassa, fit quelques pas dans la grande rue et se figea. La pensée engendrée par la vision n’arrivait pas à se frayer un chemin dans les circonvolutions de son crâne. Cette image semblait aberrante dans la réalité. Pourtant identique à celle de sa mémoire, un blocage se créait une fois qu’elle était projetée dans le monde réel.
Il venait d’apercevoir, au fond d’une ruelle sombre, Batman ! Totalement enthousiaste, il était pétrifié. Il n’osait pas revenir en arrière pour s’en assurer. Il reprit son chemin mais s’immobilisa plus loin. Il n’acceptait pas non plus de fuir ainsi. Après s’être dit qu’il regretterait toute sa vie, il vida sa tête et s’engouffra dans la ruelle sans réfléchir.

(Lire la suite…)

2 commentaires
nikubik:
qu'est ce que tu crois, c'est fait !
haha

Anonyme:
Oh la la oui ! Il est bon ce Jukin numéro Michael Jordan ! Il faut que tu trouves un moyen de l'envoyer à Batman !
Audrelfe

Jukin 22, c’est cassant

22. Ce matin, Jukin a tué un chasseur.

C’était un chasseur qui avait un fusil en porcelaine. Il était arrivé un jour à l’improviste. Jukin n’aimait pas trop ça, mais l’homme avait l’air tellement naturel et sympathique, qu’il lui avait offert l’hospitalité. Un grand gaillard plein de bonhomie, relativement repérable, outre par sa tenue traditionnelle de chasseur, mais surtout par sa moustache dessinée à la règle et à l’équerre. En plus du contour aussi net qu’une lame de rasoir, l’épaisseur en était parfaitement régulière. Ce qui formait un trapèze sombre, en volume, sous son grand nez volontaire. Et pour rendre la chose totalement irréelle, les poils semblaient avoir été peigné un à un, afin d’être rangés parallèlement telle une légion au faîte de l’empire romain.

Sans les politesses inutiles d’usage, l’homme expliqua sa présence ici. Il venait du sud à la recherche d’un gibier rare. Mais la nature ne raisonnait plus en lui comme avant. Et l’arme qu’il utilisait, exigeait une sensibilité fine comme le bout des ailes d’un canard. En cas d’osmose, la précision était fatale pour le règne animal. Mais dans le cas contraire, ce fusil devenait la plus mauvaise des armes à feu.

Pedro le chasseur, car c’est ainsi qu’il s’était présenté, avait perdu ses sensations. Pour les retrouver, il devait vivre nu une après-midi entière, au plus profond de la forêt sauvage. Et afin de partir l’esprit libéré, il avait besoin de confier son matériel. Dans ces conditions idéales, il pourrait briser ses blocages et ouvrir de nouveau son être à la plénitude de la nature.

(Lire la suite…)

2 commentaires
nikubik:
on peut être fasciné sans vouloir imiter
je pense à Tom Selleck
hein ?

Anonyme:
J'ai envie de dire que ta manière de décrire cette moustache laisse chaudement transpirer ton envie d'en porter une !
Audrelfe

Jukin 21, c’est mascarade

21. Ce matin, Jukin a décidé de faire ressortir son côté animal.

Au dehors, raisonnaient les bruits du carnaval. La liesse battait son plein et il grimpa au grenier. De là haut, il pouvait observer les festivités. Après quelques instants à détailler les costumes, une conclusion s’imposait à lui : ils étaient nuls ! Quelle déception pour lui qui estimait tant l’idée de se travestir. Les gens faisaient ça par-dessus la jambe, sans envergure. Comme s’ils se moquaient de l’idée du déguisement, qu’ils prenaient ça à la légère, pour un jeu. Pendant que Jukin se griffait l’intérieur du bras, les yeux révulsés par ce qu’il voyait, il eu son idée.

La foule continuerait à gesticuler dans la rue et ça durerait jusqu’aux premières lueurs du matin suivant. Il disposait donc de temps devant lui, et il en avait besoin. La première chose à faire était une liste du matériel. Il rassembla tout ce qu’il avait déjà dans son atelier et partit vadrouiller. Connaissant l’itinéraire du carnaval, il emprunta les ruelles désertées, car tout était broyé sur le passage de la procession. Ce qui manquait fut rapidement rassemblé. Qu’il le trouva dans des cours isolées, des décharges ou sur des toits.

(Lire la suite…)

2 commentaires
nikubik:
vu le niveau, ya moyen qu'il vienne leur montrer ce que c'est !

Anonyme:
Bon bah je viendrais peut-être au prochain carnaval de Caen alors ! ça risque d'être sympa si Jukin y fait un tour !
Audrelfe

Les titres choisis parmi vos belles propositions

La selection.

Et voilà, le jury a fini de délibérer. Ci-dessous la liste de vos propositions que j’ai retenu, et qui feront l’objet d’un futur Jukin. Wouaw, vous avez la classe.
Chacun recevra son Jukin d’or quand ils m’auront été livré du Venezuela.

Ce matin, Jukin se réveillera demain (hier). Leila
Ce matin, Jukin ne s’est pas réveillé chez lui. Candice
Ce matin jukin ghgahhgegrdrghjgh. Tim
Ce matin jukin a compris l’univers. Tim
Ce matin jukin a perdu son bulbe céphalo-rachidien. Tim
Ce matin, jukin a cru fondre. Tim
Ce matin, Jukin marche à l’envers. Violaine
Ce matin, Jukin est sourd muet. Marion
Ce matin, Jukin s’emmerveille. Marion
Ce matin, jukin n’est pas jukin. Marion
Ce matin, Jukin se sent flasque. Marion

Je précise que Leila et Violaine ont chacune trouvé un Jukin déjà écrit, mais pas encore publié. Leila a même trouvé le titre du n°21. Violaine a saisi le sujet du n°22. Mais c’est de l’espionnage littéraire ça ! Bravo.

Laisser un commentaire

La liste des tous les Jukins

La liste des Jukin publiés
 
033. Ce matin, Jukin se réveille demain (titre proposé par Leila).
032. Ce matin, Jukin a compris l’univers (titre proposé par Tim).
031. Ce matin, Jukin se sent flasque (titre proposé par Marion).
030. Ce matin, Jukin ne s’est pas réveillé chez lui (titre proposé par Candice).
029. Ce matin, Jukin a perdu son bulbe céphalo-rachidien (titre proposé par Tim).
028. Ce matin, Jukin s’émerveille (titre proposé par Marion).
027. Ce matin, Jukin ghgahhgegrdrghjgh (titre proposé par Tim).
026. Ce matin, Jukin est sourd muet (titre proposé par Marion).
025. Ce matin, Jukin marche à l’envers (titre proposé par Violaine).
024-2. Ce matin, Jukin se vole à main armée (suite et fin).
024-1. Ce matin, Jukin se vole à main armée.
(24-1 et2)
023. Ce matin, Jukin se réveille en pleine nuit.
022. Ce matin, Jukin a tué un chasseur.
021. Ce matin, Jukin a décidé de faire ressortir son côté animal.
020. Ce matin, Jukin voulait un meurtre.
019. Ce matin, Jukin a un ami indien.
018. Ce matin, Jukin ne s’est pas levé.
017. Ce matin, Jukin est devenu riche.
016. Ce matin, Jukin s’égosille pour rien.
015. Ce matin, Jukin a bien mal à la tête.
(15-16-17 La trilogie du crayon)
014. Ce matin, Jukin a les idées claires.
013. Ce matin, Jukin voit plus loin que d’habitude.
012. Ce matin, Jukin a mal au ventre.
011. Ce matin, Jukin est fou de RAGE.
(11-12 Le double épisode de la rage)
010. Ce matin, Jukin a pris deux p’tits dej’.
009. Ce matin, Jukin est tout violacé.
008. Ce matin, Jukin a voulu sauter de sa fenêtre.
007. Ce matin, Jukin a oublié d’ouvrir les yeux.
006. Ce matin, Jukin a retrouvé son amour perdu.
005. Ce matin, Jukin a trouvé un cadavre de coccinelle.
004. Ce matin, Jukin a vu son reflet dans le miroir.
003. Ce matin, Jukin s’est souvenu de la veille.
002. Ce matin, Jukin a eu envie de jouir debout.
001. Ce matin, Jukin a eu l’idée de faire son site Internet de collection de viandes.

Laisser un commentaire

Jukin 20, c’est morbide

20. Ce matin, Jukin voulait un meurtre.

Il avait envie de tuer. Une rage primitive, mêlée au mystère de la mort, lui remuait l’estomac. Comme ci prendre une vie humaine, pouvait le faire accéder à une connaissance interdite au commun des mortels. Oser tuer son prochain, se placer au dessus de tous, comme un dieu parmi les hommes décidant de leur sort. Puis plonger les mains dans un cœur vivant pour en ôter tout mouvement. Ce geste, ne serai-ce que l’idée de ce geste, pénétrer la chair palpitante et la rendre inerte, conférait aussi bien à la folie totale qu’à la clairvoyance absolue. Ce cœur s’arrêtant de sa main, dans sa main, libérait le sens pur de la vie. Mais aussitôt disparaissait. L’essence de la vie était dans ce passage, cet instant sans durée où elle n’est plus.

Il s’engouffra dans un long tunnel humide. A tout moment, une chauve-souris pouvait surgir et virevolter le long des pierres froides suintant l’eau des égouts qui s’écoulait au dessus. Constituée d’un mélange de différentes mousses, relevée d’une pincée de terre mouillée et de craie, l’odeur fraîche n’était pas désagréable. La lumière diffuse provenant du bout était relativement douce et étendue, ce qui épargnait de toute ombre menaçante. Bien qu’au milieu d’un tunnel, on s’y sentait plutôt bien, comme dans une grotte. D’autant plus qu’un léger souffle chaud, telle la respiration d’un dragon endormi depuis la nuit des temps, emplissait la totalité du volume.

(Lire la suite…)

8 commentaires
nikubik:
parfait

Anonyme:
Moi j'aime toujours beaucoup beaucoup ton style ! Par contre, ce Jukin est vraiment glauque. Vous me faîtes un peu peur monsieur !
Audrelfe

nikubik:
le mystère dans le sens ou quand le Jukin commence, on ne sait pas où ça va aller, car moi même, quand je le commence, je ne sais pas où je vais aller.
Bon c'est vrai que pour celui-là c'est un peu annoncé, mais à aucun moment on ne connait ses intentions, on avance un peu à l'aveugle.
Je vois ce que tu veux dire avec dragon, mais en soit ça n'est pas enfantin, c'est toi qui y projette cet univers. Je ne peux pas contrôler ça et c'est ce qui rend ta lecture unique.
Le prochain sera animal, ça devrait te plaire !!

Anonyme:
a pardon c bon, g vu la date...
et mon mot de passe pour publier ce commentaire ct préma, je trouve ça dégueulasse....bleuhhhhhhhh

Anonyme:
bah alors g pas vu le mystère.
pour le côté enfantin c dur à dire par écrit mais je crois que c le vocabulaire dragon et autre qui moi m'empêche de ne pas digresser dans mon esprit quand je te lis vu que je visualise tes scènes. mais j'aime bien l'idée. j'avais compris pour le format et sur les autres ça ne pose aucun soucis. je te visualise trop quand je te lis et encore plus sur celle là avec le vocabulaire....bref je l'aime bien quand même mais c pas ma préféré....vivement la prochaine (g pas vu la date?!)
gliglougli ou julie

nikubik:
JULIE (mettez les prénoms les anonymes, je ne devines pas toujours de qui il s'agit):
j'essaie dans la mesure du possible de ne pas faire trop long, afin de ne pas décourager les rares lecteurs et car ça fait partie du principe d'écriture que j'ai choisi.
cependant c'est une question que je me pose, étant donné que les Jukin deviennent de plus en plus longs. Je vais même en scinder un prochain en deux, histoire que des scènes soient moins 'résumées'.

pour ce qui est du 'suspens', il n'y en a pas ici. Je veux dire qu'à aucun moment j'ai créé une attente par une intrigue ou autre. Il s'agit plus d'un mystère. Ça peut peut être dérouter, car 99% des récits fonctionnent par la création d'une attente. Mais pour ce Jukin, ça ne m'intéresse pas.

sinon le côté enfantin je ne vois pas honnêtement. Il n'y a pas de digression bizarre ou rigolote ici, le ton est très froid et simple. Alors si ça donne cette impression, c'est râté.

en tout cas merci de tes remarques, ça me fait réfléchir à ce que je fais.

YOHANN:
donne moi ton adresse postale, et je t'en envois un

Yohann:
Finalement, je ne veux plus de photo dédicassée...

Non je veux un Jukin pour chez moi directement!

Quel coquin quand-même de jouer avec les organes des gens!

Anonyme:
salut,
elle aurait mérité d'être un peu plus longue cette nouvelle, en tou cas certains passages, j'aurai aimé être tenue plus en haleine, un chouilla....du coup y a un côté enfantin pas choquant mais qui moi me fait décrocher parfois

Jukin 19, c’est emotionnel

19. Ce matin, Jukin a un ami indien.

L’envie de manger une pomme fraîche du marché l’avait réveillé tôt. Sans doute un rêve délicieux dans lequel le croquant juteux du fruit défendu était irrésistible. De bonne humeur, il rejoignit donc les étalages colorés, submergés du brouhaha léger de nombreux visiteurs décontractés. Déambuler de la sorte lui était plutôt agréable, mais il ne prenait jamais le temps de le faire.

Alors il en profita. Ce qui lui apparu le plus évident au 1er coup d’œil, c’était tous ces petits objets clignotants de couleur. Apparemment les gens en étaient friands, alors il s’en vendait même au milieu de la charcuterie. Jukin adorait les coins du marché où on ne distinguait même plus ce qui était à vendre, de ce qui ne l’était pas. D’ailleurs en marchandant correctement, tout était pratiquement à vendre. Il réussit ainsi à acquérir les tréteaux d’un étalage qui finit par terre. Puis revendit ces mêmes tréteaux en réalisant une petite marge. Ce pécule en poche, il sentit que c’était le moment d’aller acheter sa pomme.

(Lire la suite…)

8 commentaires
nikubik:
sachez qu'il n'existe à ce jour aucun cliché de Jukin
(certains se demandent s'il existe vraiment)
cependant, il doit être possible de dédicacer autre chose,
selon votre convenance monsieur le terroriste

Yohann:
Serait-il possible d'avoir une photo dédicassée de Jukin? Sans quoi, je me suicide sur le champ! Et si vous osez me rétorquer que vous ne négociez pas avec les terroristes, ben j'me suicide!

nikubik:
c'est peut être tout aussi triste de ne jamais rien manquer,
car on ne vit jamais rien.
et puis avec le temps, ça ne lui fera plus mal,
et ce sera beau.

Anonyme:
salut bah moi je trouve ça triste, au moins quand tu ne sais pas ce que tu loupes ça ne te manques pas, là il est dans la merde maintenant jukin, fallait pas avoir un ami !

suzanne c'est le prénom de mes rêves, internet est un bon assouvissement, en réalité je m'appelle hum..marion Ahhh mais chut ahh mais fallait pas le dire bordel alooors noooooon:
Troublant ce Jukin .



voilà t'es content maintenant


je sais pas vraiment lire, heureusement qu'il y a les images quand même.

nikubik:
aoooooooohhhhhh trop bien
quelqu'un que je connais pas en plus !!
qui est tombé là
par contre, c'est par sûr que le texte ait été lu
c'est pour toi Simon, je te la passe

allo ?

Simon Dronet:
ouaaaaah un commeeeeentaaaaaiiire ! Hé les gars regardez ! Un commentaire !

suzanne:
émouvante cette pomme rouge .