Proposer vos titres de Jukin

Pour préparer sa rentrée, Jukin vous offre la possibilité de lui suggérer un titre.

En effet, si je trouve votre titre drôle et/ou intriguant, en tout cas inspirant,
je le sélectionne direct pour en faire un nouvel opus.
« Wah la classe, mon titre est devenu un vrai Jukin! » Le but de toute existence digne de ce nom.
Il ne vous reste plus qu’à laisser vos propositions en commentaire à ce message,
sous la forme canonique: « Ce matin, Jukin… »

Voici les 18 premiers titres:
001 Ce matin, Jukin a eu l’idée de faire son site Internet de collection de viandes.
002 Ce matin, Jukin a eu envie de jouir debout.
003 Ce matin, Jukin s’est souvenu de la veille.
004 Ce matin, Jukin a vu son reflet dans le miroir.
005 Ce matin, Jukin a trouvé un cadavre de coccinelle.
006 Ce matin, Jukin a retrouvé son amour perdu.
007 Ce matin, Jukin a oublié d’ouvrir les yeux.
008 Ce matin, Jukin a voulu sauter de sa fenêtre.
009 Ce matin, Jukin est tout violacé.
010 Ce matin, Jukin a pris deux p’tits dej’.
011 Ce matin, Jukin est fou de RAGE.
012 Ce matin, Jukin a mal au ventre.
013 Ce matin, Jukin voit plus loin que d’habitude.
014 Ce matin, Jukin a les idées claires.
015 Ce matin, Jukin a bien mal à la tête.
016 Ce matin, Jukin s’égosille pour rien.
017 Ce matin, Jukin est devenu riche.
018 Ce matin, Jukin ne s’est pas levé.
019. Ce matin, Jukin a un ami indien.

A vos claviers les asticots.

PS: la rentrée, c’est pour le 12 octobre

34 commentaires
nikubik:
merciiiiiiiiiiiii !

j'ai bien noté toutes les propositions, et yen a un paquet qui me plaisent. Je vais faire un tri et je publierai les sélectionnés.

marion:
Ce matin, jukin n'est pas jukin.

Ce matin, Jukin est un gangster moderne.

Ce matin, Jukin n'a plus de colonne vertébrale.

Ce matin, Jukin est paraplégique.

Ce matin, Jukin se sent flaque.

Ce matin, Jukin est un glaçon.

marion:
Ce matin, Jukin s'emmerveille.

marion:
Ce matin, Jukin est sourd muet.

marion:
Ce matin, jukin est d'humeur palestinienne.

Anonyme:
Violaine dit...

Ce matin, Jukin se prend pour Batman.
Ce matin, Jukin marche à l'envers.
Ce matin, Jukin a peur du vide.

Anonyme:
Ce matin, Jukin s'est réveillé chez les bisounours

Leïleï:
Ce matin, Jukin ne se souvient plus des paroles de Je te survivrai.

Leïleï:
Ce matin, Jukin a perdu foi en l'humanité.

Leïleï:
Ce matin, Jukin s'est rendu à l'évidence : il ne serait jamais beau.

Leïleï:
Ce matin, Jukin s'est levé avec l'envie d'enculer Tim.

Tim:
ce matin, jukin a cru fondre

Tim:
ce matin jukin a perdu son bulbe cephalo-rachidien

Tim:
ce matin jukin et jukin

Tim:
ce matin jukin est voluptueux

Tim:
ce matin jukin a baisé fabienne

Tim:
ce matin jukin s'est tranché la gorge

Tim:
ce matin jukin n'est pas allé là ou il devait aller

Tim:
ce matin jukin s'est réveillé dans la cuisine

Tim:
ce matin jukin s'est réveillé dans la salle de bain

Tim:
ce matin jukin se croit le soir

Tim:
ce matin jukin est tombé par le plus grand des hasards sur un site pornographique

Tim:
ce matin jukin a compris l'univers

Tim:
ce matin jukin a juté

Tim:
ce matin jukin ghgahhgegrdrghjgh

Tim:
ce matin jukin a vomi

Leïleï:
Ce matin, Jukin n'a pas eu la gaule.

Anonyme:
Candice a dit...

Ce matin, l'oreiller de Jukin sentait le crottin.

Anonyme:
Candice a dit...

Ce matin, Jukin ne s'est pas réveillé chez lui.

Leïleï:
Ce matin, Jukin mangerait bien un papillon.

Leïleï:
Ce matin, Jukin s'est réveillé hier
ou bien
Ce matin, Jukin se réveillera demain.

Anonyme:
Ce matin, Jukin a mal au crane

Leïleï:
Ce matin, un jukin a tué un chasseur.

Shikarnomaru:
Ce matin jukin voulait accéder à son forum préféré, mais celui-ci était inacessible.

Jukin 17, suite et fin de la trilogie du crayon

17. Ce matin, Jukin est devenu riche.

Il s’était levé tôt, ce qui était déjà une bonne chose. Et aussitôt, le désir d’écrire son autobiographie revint le titiller. La première fois, il avait été saisi en se couchant. Maintenant il se levait, motivé par l’idée de partager sa vie. Cependant les efforts demandés afin de remplir un gros livre le décourageaient. Il avait besoin du retour du public dès les premiers chapitres. C’est à ce moment que le premier éclair frappa son destin. Dans un flash, Jukin comprit qu’il devait publier son autobiographie par blog. Toujours en caleçon, il ressortit et brancha son ordinateur obsolète mais fonctionnel. Il payait encore l’abonnement Internet !

Très rapidement il publia le premier article de sa vie. Il était enthousiaste et rafraîchissait la page toutes les minutes afin de voir s’il y avait des commentaires. Une heure plus tard il allait abandonner quand il découvrit le premier : « je suis arivé par hazar, ms c trop nul ton truc. mdr :-) ». La déprime l’ensevelit aussitôt. Il prit tout un tas de couvertures et grimpa les escaliers pour le grenier. En haut, il s’emmitoufla en boule et se laissa dévaler. En bas de l’escalier, il rebondit contre une petite commode qui se renversa. Il laissa écouler 20 bonnes minutes dans son refuge de coton et de douleur.
(Lire la suite…)

2 commentaires
Anonyme:
je suis arivé par hazar, ms c trop nul ton truc. mdr :-) et c'est vrai totalement pourris ;) ton article

Anonyme:
je suis arivé par hazar, ms c trop nul ton truc. mdr :-)

Jukin 16, la suite de la trilogie du crayon

16. Ce matin, Jukin s’égosille pour rien.
Il hurle à la fenêtre de son séjour qu’on lui rende son crayon. Que la personne qui lui a fait cela lui a volé une partie de sa vie. Ce crayon était en effet imprégné de sa cervelle après avoir passé une journée dans son oreille. Ca le mettait d’autant plus en rage, que tout le monde semblait l’ignorer, semblait s’en moquer. Comme s’ils considéraient sa vie sans importance. Et soudain, un immense essaim de doute le traversa. Ses yeux s’écarquillèrent, sa maison devient gigantesque. Avaient-ils raison ? Sa vie n’était elle qu’un trou dans la terre ?

Jukin rejoint immédiatement la forêt la plus proche avec une pelle sur l’épaule. Au niveau du parking, il s’immobilisa devant une affiche publicitaire. Elle représentait un pot de fleur en fonte d’où dépassaient deux minis jambes à talon aiguille. Il était estomaqué. Cette image était pour lui l’exact condensé abstrait d’une journée de son passé. Comme-ci quelqu’un avait pu faire un résumé mental d’une journée entière. Et surtout comme s’il avait trouvé le moyen d’en capter l’essence émotionnelle, ce que lui-même en gardait dans sa mémoire. Quelqu’un avait utilisé son crayon !

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Jukin n°15, le début de la trilogie du crayon

15. Ce matin, Jukin a bien mal à la tête.

Ça lui a pris comme ça, dès le réveil. Pourtant il avait une impression évanescente d’avoir fait des rêves doux et apaisant cette nuit. Il ne se sentait même pas encore de mauvaise humeur, malgré la douleur. Ce n’était donc pas un malheur psychologique qui lui causait ce trouble. Quelque chose, quelque part dans son corps, clochait. Il s’assit en tailleur, ralentit sa respiration et ferma les yeux. Comme l’on retrousse une jambe de pantalon, son esprit s’était retroussé en lui-même. Méthodiquement, Jukin parcourait tout son corps. Il communiquait intimement avec lui. Ses organes lui répondaient un à un, puis ses os, ses fibres nerveuses…

La transe s’acheva quelques heures plus tard. Insatisfaisant, les réponses étaient toutes positives. Aucun dysfonctionnement interne. Il se déplia, posa sur sa table de chevet le calepin de notes qui était resté sur son lit. En effet, à l’heure du coucher, il avait eu envie d’écrire son autobiographie. Cela c’était soldé par un échec, mais il avait trouvé rapidement le sommeil.

(Lire la suite…)

1 commentaire
Anonyme:
Héhé ! ça me fait penser à La bête à Mait'Belhomme de Maupassant. Mais disons en moins... normand !
Bisous Monsieur Jedonnepludenouvelles

Audrey Cheval

Jukin 14, c’est tranchant

14. Ce matin, Jukin a les idées claires.
Le tube néon qu’il a installé un mètre au dessus de son lit pour se réveiller plus rapidement, le brûle d’une lumière blanche. Tellement forte qu’il a l’impression qu’elle éclaire sa pensée. Les idées noires disparaissent entre les circonvolutions de sa cervelle. Total, le réveil n’en est pas moins brutal. Ce qui lui donne l’impression de vibrer légèrement. Le passage du sommeil profond à un immédiat état de conscience est désagréable, mauvais. Pourtant, la lumière blanche dans son esprit fait naître des envies joyeuses et altruistes. Il désire aider une vieille à traverser, un enfant à faire ses devoirs, un sourd et muet à apprendre le langage des signes.

Plein d’entrain, il sauta de son lit et sortit de sa chambre. Dans le séjour, la lumière naturelle rayonnait déjà. Cependant, son cerveau ne subissait plus les effets du néon. Les idées noires en profitèrent pour ressurgir et comme une vengeance, elles submergèrent complètement son cerveau. Jukin alla se poster dans sa salle de bain, et par le petit trou du mur du côté, il observa les fenêtres de l’immeuble en face. Il se l’était interdit jusque là, mais ne pouvait pas s’en empêcher aujourd’hui. La voisine arriva dans sa salle de bain et ôta son peignoir. Il profita de ses courbes harmonieuses, la main dans le caleçon. Puis il enfila à la va vite des vêtements quotidiens et rejoignit une rue. Un petit homme maigre le croisa, il le frappa violement au visage. Le temps qu’il l’observe s’affaler ridiculement au sol, il s’immobilisa sous une enseigne lumineuse blanche. Des photons purs atteignaient sa matière grise. Les pensées noires refluèrent immédiatement. Jukin se précipita dans l’obscurité d’une ruelle perpendiculaire, s’accroupi et pleura.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Jukin 13, c’est optique

13. Ce matin, Jukin voit plus loin que d’habitude.

Au bout de son lit, il aperçoit ses orteils gonflés dépassant de la couette. L’ongle du pouce droit jaillissant de la fine couche de peau rose. De longues stries le parcourent jusqu’à la bordure blanche en contact avec l’air. Au-delà de ses pieds, les fibres des portes de l’armoire apparaissent sous un jour nouveau : elles vibrent lentement, le bois est encore vivant. Un acarien du bois se faufile même. Un peu téméraire, il fonce de crevasse en plateau, sans ralentir. Il finit par tomber.

Ce sursaut amena Jukin à se lever. Il se glissa jusqu’à la fenêtre de son séjour et observa distraitement. Un soleil blanc et fatigué projetait une lueur maladive dans son jardin. Son regard fixa les reflets laiteux luisant sur les murs de son atelier. Un mouvement sur la droite, il détourna son regard. Sur le dessus du mur du fond semblait apparaître péniblement un paresseux. Cet animal n’avait rien à faire là. Et pour le confirmer, un aigle majestueux vint se poser à côté. Jukin pensait les imaginer plus que les voir, car le fond du jardin était à la limite de ses possibilités visuelles, alors il força sa vue. Un étrange effet de zoom le rapprocha des deux formes : il s’agissait bien d’un paresseux et d’un aigle ! A cet instant, le rapace enserra la peau du dos du mammifère et jaillit dans l’air en l’emportant. Le mouvement des ailes et la puissance dégagée étaient fantastiques.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Jukin 12, suite et fin de la duologie de la rage

12. Ce matin, Jukin a mal au ventre.

Il sentait quelque chose de très dur au fond de lui. En toute logique, il alla aux toilettes pour s’en débarrasser. Un petit pas de danse rituel devant la cuvette avant de baisser son pantalon, mais il ne le sentait pas du tout. Il s’assit et frissonna au contact froid de la faïence. Ce qui eut pour effet désagréable de le contracter d’avantage. Vraiment, tous les signes étaient négatifs. Il commença d’abord par essayer de ne pas y penser. Laissant la nature faire son orifice, en pensant à des cascades d’eau, des éruptions volcaniques, des geysers islandais. N’importe quoi au hasard de la nature, afin de distraire son esprit, de se détacher de son corps, de se détendre et peut être de détendre cela. Mais ses sensations internes l’informaient d’un immobilisme complet. Il se dit d’ailleurs que ce qu’il avait à offrir au monde n’était pas naturel, donc cette méthode ne devait pas être indiquée.

Evidement encore plus agacé, il enclencha la méthode du poussé. Doucement, il ne voulait pas se blesser. Son esprit était perplexe face à ces sensations étranges, nouvelles, inconnues. Il sentait un mouvement mais en bloc, comme-ci tout bougeait avec. Toujours énervé, il fini par effectuer une grosse poussée. Il s’arrêta aussitôt car il cru s’être tout arraché. La douleur s’entendit à l’abdomen en son entier. Paradoxalement, il fut soulagé de ne rien trouver au fond de la cuvette.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire

Jukin 11, première partie de la duologie de la rage

11. Ce matin, Jukin est fou de RAGE.

Vous savez, ce nouveau groupe de blardcore monté par les 3 jeunes qui habitent la maison d’à côté. Il les a découvert en concert et comme on dit dans ces cas là : ce fût la claque. A la fin du set, il s’est jeté sur leur cd démo. Maintenant, il tourne en boucle à fond chez lui. Une telle énergie se dégage de leur son, qu’il n’a pas encore dormi depuis le concert. Leurs compositions ont cette profondeur mystérieuse qui le fait planer dans la magie des étoiles. Jukin s’acheta une sono à un prix exorbitant. Il avait besoin de cela pour mettre le son fort et garder une super qualité.

Heureusement d’ailleurs que l’on sonna à sa porte avant qu’il n’active son nouveau système. Jukin ouvrit à deux jeunes souriants. Le blond lui dit : « Bonjour, nous sommes vos voisins. On est désolé de venir pour ça, mais en fait, on est dérangé par la musique. » Il réalisa alors que c’étaient deux membres des Rage. Déjà la sueur recouvrait ses mains tremblantes. Il bavait de la mousse. « C’est gentil d’écouter notre musique » continua le plus petit « mais c’est trop fort, ça nous empêche de répéter. » Jukin commença à ouvrir la bouche : « Oh, je … » et la mousse coula sur son t-shirt du groupe. Totalement confus, il rougi jusqu’à en devenir violacé. « Ce n’est rien Monsieur » le rassura le blond. « Si vous pouviez simplement baisser la musique ». Jukin acquiesça maladroitement de la tête et leur claqua la porte au nez.

(Lire la suite…)

Laisser un commentaire