De la poésie marine

ODE AUX PIRATES
 
 
Yik yak, disaient-ils solennellement sur les flots déchaînés et impétueux.
Tipiak, criaient-ils inlassablement quand la mer était démontée.
Soldes à la FNAC, hurlèrent-ils soudainement sans savoir ni dave ni d’adam pourquoi.

Quels affreux fanfreluchons étaient-ils en ces temps reculés derrière un canon.
Mais advint l’enfance de l’art
Tout était perdu désormais
Un affreux désastre éparpillé

Dans leurs coffres à la cale, tous ces trésors perdus.

Les pierres précieuses brillent sous le regard du spécialiste. Il hoche la tête après chaque examination avant d’en entamer une nouvelle. Sa foi, sa morale : justice d’évaluation.
L’équilibre n’est pas simple à trouver et les attentes sont facilement déçues. PRESSION.
Il a les épaules solides, oh ça oui, on ne peut le nier, quelle courbure en filigrane.
Cependant il arrive que les mains tremblent. Le client le voit et il devient encore plus nerveux.

Une petite goutte de sueur se forme sur le front du spécialiste. Elle grossit jusqu’à devenir visible. Ce renflement renferme toute la tension accumulée. Elle gonfle encore et glisse légèrement. Maintenant son ventre rond brille, signe d’une grande fragilité. Une aiguille pourrait la crever. La crispation est trop forte, la goutte se décroche du pli dans lequel elle était fixée, la main se lève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *