Suite et fin de la trilogie du carnet

carnet 03

un mec est surveillant d’exposition et il écrit dans un carnet. Franchement, il trip trop au lieu de s’emmerder devant les mêmes tableaux toujours et encore. Comme un aveugle dans le silence. Oh tiens, une distraction, une musique me parvient des résonances de l’abbaye. C’est religieux, mais dans ce contexte, fort appréciable. Quelques murmures arrivent aussi à mon oreille. Impossible de savoir ce qu’ils disent, trop de réverbération. Ce n’est pas encore le moment de venir, je suis occupé à écrire, venez quand le vide se rapprochera. Tant pis, ils ne peuvent pas comprendre. Un couple avec leur enfant zigzague entre les photos au bout du couloir. Je les aperçois depuis mon bureau.

La musique s’arrête, je devine un curé qui débite ses salades sur la maison et dieu qui aide à la construire. Le couple prend tout son temps pour venir. Moi qui n’ai plus rien à penser maintenant. Magnez vous !

Une porte claque à ma gauche, ah merci. Déjà son écho se dissipe. Mais où sont donc tous ces empêcheurs de lire en rond qui passent habituellement dans ce fichu couloir en disant une fois sur deux bonjour ? C’est là que j’ai besoin de vous, quand le trou noir du vide s’amène ! Heureusement le gamin s’est rapproché et m’a regardé. J’ai levé les yeux sur lui, il a eu peur, son regard s’est écarquillé et il s’est détourné vers ses parents.

Bonjour, bonjour. Je le regarde à nouveau, il détourne ses yeux flippés. Le vide froid devient désormais palpable. Mais ses parents sont figés sur une photo. Faites quelque chose. Déjà, le bord du vide est visible. Ah ils changent, et non ils se fixent. Mais oui c’est ça, entrez, regardez les beaux tableaux. Mais entrez voyons ! Les photos sont jolies d’accord, mais vous en avez déjà vu 30, alors attaquez les tableaux. Un autre enfant court devant moi, je n’ai pas pu lui faire de grimace, il était trop rapide. Pourtant il est accompagné de ses grands-parents lents. Voilà, les vieux ils aiment les tableaux. Le premier couple esquive la salle, mais les vieux sont entrés.

Attendez moi, j’arrive pour lire sur ma petite chaise dans la salle. Ils sont déjà repartis, à peine le temps de lire une page. Et me voilà dans le silence total, face à moi-même. Je retourne à mon bureau pour m’occuper l’esprit le temps du court trajet. Des bruits de talons, quelqu’un approche ! C’est bien une femme, et une très belle femme. Bonsoir, bonsoir. Mon regard perçant a croisé le sien, mais je ne peux rien faire pour la retenir, pour prolonger le contact si furtif. Il ne me reste qu’à contempler son joli petit cul qui disparaît au coin du couloir. Les trompettes musicales reprennent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *